Du dedans au dehors – Psychanalyse de comptoir #1

Il a fallu mettre « pause ».
Et je mets du temps à comprendre d’où vient mon problème.
Alors pour que tout ne reste pas dans ma tête et qu’on se soutienne mutuellement à traverser nos vies, je te propose un aperçu de ce que je débroussaille de ma tête en ce moment. Donc indulgence car je t’invite avec moi sur le divan.

Pourquoi ?
Pourquoi cette vie ? Pourquoi comme ça ? Pourquoi tout ça ?
Cette question : « quel est ton pourquoi ? »
Et c’est le début du bordel.

D’où mon grand questionnement a pris naissance, ça je le visualise à peu prés, mais comment y remédier, c’est la grande question. Ce temps de pause actuel qui est sensé être celui pour (ce que l’on me conseille) « prendre soin de moi », « penser à moi », me déstabilise car il me confronte à une forme de vide. Au vide de ne penser qu’à moi, qu’à ce que je désire moi. Et de répondre à ce pourquoi.

Quand on s’est longtemps tourné vers les autres, c’est affreux. Parce qu’en vrai, je ne sais pas. Et cette période me pousse à tomber un masque, parce que clairement masque il y a, avec la peur que celle qui soit derrière ne plaise plus à ceux qui m’entourent, les déstabilise également, pire qu’ils ne m’aiment plus. Bien sûr cette peur est irrationnelle, parce que quand on aime, on est au cœur, et c’est au-delà de l’apparence de ce masque là.

Cette période est nécessaire car je tourne en rond, dans mon bocal. Je reviens inlassablement à un point de départ que je pensais avoir définitivement quitté avec les épreuves qu’il m’a fallu traversé. Mais non. La seule différence, c’est mon expérience. Qui me permettra de passer avec un peu moins de dégâts peut-être les épreuves suivantes qui vont se présenter, si j’ai intégré la leçon, bien sûr.

Je comprends que je me tourne assez vite vers ce qui me rassure, me structure, alors que je ne suis pas déstructurée.
Je comprends pourtant le cadre rigide ne me convient pas, si je suis névrosée (comme la majorité d’entre nous, désolée si tu l’apprends, c’est cadeau, mais t’inquiète on va survivre) ce n’est pas sur un versant obsessionnel (même si ce serait plus simple à gérer).
Je m’enferme seule ou accepte de me laisser enfermée et ça devient, à la longue, juste insupportable à tolérer.

La formation en yoga et ma plongée dans ce monde là m’a permis de mettre en lumière mon besoin de sortir de ce cadre, de ce moule, sociétal, culturel, familial auquel j’ai essayé de me conformer mais qui m’a vite étouffé.

Aujourd’hui, mon défi est d’ajuster ces contours sans avoir besoin de tout faire exploser. Je comprends les passages à l’acte, les « aller tous vous faire foutre, je me barre sur les îles Kerguelen parce qu’il fait moins 30 et qu’il n’y a que deux cargos par an, donc personne ne viendra me chercher ». Vraiment. Bien sûr que cela m’a tenté. Ils sont des recours. Des appels à la survie. Nécessité de page blanche et table rase de sa vie.

Mais je voudrais en ce qui me concerne ne pas recourir à cette option. Car c’est épuisant de tout reconstruire à chaque fois. Parce que j’aime trop profondément ceux qui m’entourent, trop pleinement, trop consciemment pour tout remettre en doute.

En revanche, depuis mon tapis, ma valeur phare est apparue et je t’invite à te poser la question si par moment les choses te semblent floues : « quelle est la valeur que tu veux mettre au centre de ta vie ? »
Tu as le droit de te tromper et cette valeur peut changer. Rien n’est figé.

Pour ne pas rester trop égocentrée, et trouver la position de l’observation, j’ai accompagné la question de la phrase « regarde toi dans la nature ».

Parenthèse : ceci n’est pas une recette de cuisine tout droit sortie d’un magazine te vantant un bonheur idéal et des phrases sur le développement personnel, je le répète, c’est juste ce qu’il y a dans ma tête, en l’occurrence, ce qu’il y a eu dans ma tête pendant ma séance de côtes ce matin, en montant et descendant le nombre de fois nécessaire pour y voir clair (la séance fût donc longue et j’ai craché ma colère et mes poumons, mais tu dois en avoir marre de mes digressions).

Je me suis vue en petite fourmi.
Je me suis vue sur la surface de la Terre.
Je me suis vue, libre et heureuse dehors à courir, mais trop affairée dans sa tête à ne même pas sentir la pluie.
Je me suis dit que j’aurais préféré être une cigale, celle qui s’amuse en cour de récré.
Puis j’ai réalisé qu’en fait, depuis l’aube et mon lever, tout ce que j’avais fait ce jour là, courir comme ça dehors, avec mon chien sans le préméditer, jardiner, planter mes salades dans mon potager, comme les jours où je pars en montagne pour crapahuter, à l’océan pour y plonger, je vais aider à la vigne, où je vais courir, nager, lire, écrire, boire des cafés, c’était en réalité déjà mener une vie de cigale pour notre société.

Car orientée sur le plaisir. Mon plaisir.

Quitter les bouchons du périph’ c’était donc commencer à me libérer, à renoncer à la vie de petite fourmi.

Et c’est un bon début, d’accepter de me tourner, enfin, vers mon plaisir.

C’est terminé pour aujourd’hui, merci de m’avoir lu, vous êtes chouettes, en plus c’était gratuit.

2 réflexions au sujet de “Du dedans au dehors – Psychanalyse de comptoir #1”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s