Birthday

 

C’était il y a un an.
Il y a un an, je franchissais les portes (du pénitencieeeeer) du bloc pour le PAC et depuis, comme sur un radeau, la vie m’a un peu brinquebalée.
J’aurais appris, encore un peu plus, à tenir bon.
A garder le sourire en pataugeant dans les emmerdes.
A relativiser.
Parce qu’objectivement, c’était chiant mais pas si pire (la Haute Savoie si tu m’écoutes).
J’ai la chance de pouvoir me dire, un an après que c’est fini.

Un an au ralenti, un an en accéléré.

Un an à apprendre…

A découvrir la vie, quand on sort du mouvement métro-boulot-dodo, à réaliser comme l’on est pas indispensable dans cette société alors comme il est indispensable de savoir se tourner vers soi, à ne pas vouloir réussir dans LA vie mais bien dans SA vie.
A changer d’angle de vue.
A tester des trucs anodins, ridicules et trouver ça important.
A rendre le petit plus grand.

A ne pas aimer, à s’en donner le droit.
A râler parfois.
A ne pas être le patient parfait.
A savoir qu’on ne sera plus jamais le même soignant.
A s’autoriser à chialer dans les bras de quelqu’un.
A parler aussi de ce qu’il y a au fond, tout au fond.
A gagner en authenticité.

A cuisiner un peu mieux, à découvrir des goûts nouveaux, à tester la nausée et des litres de cafés.
A colorier des trucs sans autre sens que de remplir les journées vides, à dessiner, à écrire sur un cahier, à l’encre ou au clavier.
A commencer mes journées avec des postures de yoga et les finir en Savasana.
A ressortir l’appareil photo.
A courir, encore courir, à nager, à pédaler.
A ouvrir du courrier le coeur d’avance tout léger.
A lire des articles flippants de numérologie.
A errer dans le même parc tous les jours, avec un freesbee et une douce Naïa comme compagnie.
A découvrir des podcasts inspirants.
A lire de nouveaux magazines, de nouveaux auteurs, des blogs, des BD vers lesquelles je ne me serais pas tournée.
A être seule, à me suffire certains jours, à le dégueuler d’autres.
A retrouver les Autres, chers vous Autres et les aimer encore plus.

A partager avec vous mon auto-psychanalyse boiteuse.

A faire l’enfant avec des crayons.
A faire l’ado les jours de pluie.
A faire l’adulte avec des projets.
A faire la petite vieille à la tombée de la nuit.

Un an… Quel vertige, quel trois fois rien pour tout ça.
Quel prodigieux coup de pied au cul.
Quel appel à la légèreté et au plaisir.
Quel appel à la danse, au cri, au silence, à la vie…

Aurélie.

2 réflexions sur “Birthday

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s